Lifestyle

 

J’ai couru mon premier marathon en 2015. Cette année a probablement été celle où j’étais en meilleure forme, du moins à ce moment de ma vie. J’étais étudiant à l’université, et j’avais plein de temps pour me préparer à cette course de 42 km (c’était le marathon de Berlin) dont la ligne d’arrivée se trouvait juste après la Porte de Brandebourg. Après avoir pu rayer ce rêve de ma liste, j’ai continué à faire du sport, mais un peu moins régulièrement.

Voici la confession no 1 : ces deux derniers mois, je ne suis pas du tout allé courir, pour diverses raisons qui, j’en suis sûr, parleront à tout le monde : le travail est trop prenant, il fait trop froid et trop sombre en hiver, trop chaud en été, on préfère sortir avec ses amis ou sa famille, pour ne citer que ça.

Du coup, j’ai couru ma première longue course dimanche, après une pause qui a semblé être une éternité. Le soir même, je sentais déjà une légère douleur dans les mollets. Et je ne vous parle même pas des courbatures dans les muscles le lendemain, au réveil !

Ce qui nous amène à la confession no 2 (et, s’il vous plaît, ne me jugez pas) : parfois, j’aime cette sensation de douleur dans les muscles. Elle me fait dire que j’ai accompli quelque chose. C’est pour ça qu’on dit : « on n’a rien sans rien ».

Mais, cette fois-ci, la douleur aux mollets était incomparable. En allant – que dis-je, en boitant – au boulot, je n’attendais qu’une chose : le soulagement. Je suis allé voir l’un de mes collègues, un ancien joueur de football professionnel. Avec lui, j’étais sûr de recevoir de bons conseils pour réduire la douleur qui me tourmentait déjà, mais aussi pour prévenir de telles courbatures à l’avenir.

En voici quelques-uns, que j’ai trouvés très utiles :

S’échauffer et s’étirer

Demander un effort à vos muscles sans les préparer correctement avant ne fait qu’augmenter le risque de contracter des courbatures importantes, en plus de vous faire risquer une élongation d’un tendon, d’un ligament ou d’un muscle pendant l’exercice. Alors, commencez par le commencement : échauffez-vous avec des exercices de cardio simples, étirez-vous, et ensuite seulement, vous pouvez passer aux choses sérieuses.

S’hydrater

Une hydratation suffisante avant, pendant et après l’effort permet de réduire l’inflammation (aussi connue sous le nom de courbature) post sport. Croyez-moi, la prochaine fois que je prévois une course longue, je m’assurerai d’emmener une dose de FitLine Fitness-Drink et Restorate avec moi. La solution de carbohydrates et électrolytes Fitness-Drink contribue au maintien des performances pendant les exercices longs qui nécessitent de l’endurance. Elle se digère facilement et peut être bue avant, pendant et après l’effort. Elle favorise l’assimilation des fluides et le magnésium permet de réduire la sensation de fatigue. Restorate, qui est également riche en magnésium, est la « boisson de nuit » idéale, car elle favorise la régénération.

Ice, Ice, Baby !

Un bain froid immédiatement après un effort intense est une méthode prouvée contre les courbatures. C’est quelque chose que font presque tous les athlètes professionnels. On encourage les amateurs à le faire aussi, dans la mesure du possible.

Il suffit de regarder Felix Tan, triathlète de compétition et fan de la gamme FitLine. Il s’entraîne 6 jours par semaine et s’accorde un jour de repos. Les jours de repos, il reste chez lui, fait du yoga et passe un rouleau en mousse sur ses jambes et son dos. Après chaque compétition, il se plonge dans un bain de glace. C’est froid… mais ça aide!

 

Felix Tan, prêt pour un bain de glace?

They see me rollin’

Le massage est une très bonne thérapie contre les courbatures. La plupart des gens ne peuvent pas se payer le luxe d’un masseur personnel après leurs séances de sport. Un auto-massage avec rouleau en mousse est donc une alternative à la fois simple et peu coûteuse. Ces techniques permettent de détendre les muscles douloureux et de les étirer pour soulager la tension. Jana Stewart, modèle fitness professionnelle et utilisatrice des produits de la gamme FitLine, ne jure plus que par cette technique.

Jana Stewart: «Je m’entraîne tous les jours, et j’étire et passe un rouleau de mousse sur mon corps au moins 30 minutes.»

 

Au final, le temps guérit toutes les douleurs – tant qu’elles ne sont pas graves. En ce qui me concerne, la courbature est partie, et je vais bientôt parcourir à nouveau les rues, au cours d’une nouvelle session de course.

Si vous participez au Shape Challenge, je suis sûr que vous avez eu votre lot de muscles douloureux. Partagez votre expérience dans les commentaires, ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée

Publier des commentaires